Zanon - Récits d'une vie de quêtes spirituelles et identitaires

Aller en bas

Zanon - Récits d'une vie de quêtes spirituelles et identitaires

Message par Zanon le Lun 8 Sep - 17:15

Requiem


Sur son lit de mort, le vieil homme avait rassemblé ses dernières forces afin de faire jaillir une vérité qui l'avait rongé tout au long de sa vie. Ses yeux étaient en larmes, à la fois de soulagement, de crainte et de peine suite à l'annonce de la terrible confidence. Les mains du jeune homme qui se tenait à son chevet, serrant la paume et le poignet gauche du vieillard, se crispèrent, mais la pression exercée restait délicate, comme on le ferait à une personne que l'on aime sous le coup de l'émotion. Mais il restait silencieux, tête baissée, la pénombre de la pièce occultant son visage. Pas une parole, pas un sanglot, pas un soupir. Un froid immense, trahi par des mains devenues chaudes et humides.

Le jeune soldat, toujours en tenue de garde - moins le heaume et les gants, posés sur un large tabouret non loin du lit à baldaquins -, révélant ainsi l'imprévu de son intervention auprès du vieil homme, a vu sa vie défiler à l'annonce de cette nouvelle. Tous ces mensonges proférés, tous ces arrangements avec la réalité, tous ces doutes en son âme balayés par ce qu'il pensait être ses parents, ses frères et ses sœurs. Il entrait alors dans une phase psychique de songes tourmentés, perdant tout contact avec la réalité matérielle de la chambre, du lit et du mourant, s'oubliant lui-même, à la recherche profonde d'indices qui lui permettraient de donner un sens à certaines images qui lui étaient restées en tête, mais que son oncle avait conditionnées de façon à ce qu'il soit persuadé de les avoir rêvées.

Lorsqu'il reprit contact avec la réalité, il s'aperçut que l'âme du Capitaine Naberius était partie rejoindre ses ancêtres, dans les cieux étoilés qui régnaient sur Tarantia, laissant l'enveloppe charnelle du vieillard rigide, sèche et froide. Il baisa la main inerte mais encore chauffée de son père spirituel, la plaça sur le lit, se leva, scruta une dernière fois son visage qu'il finit par caresser doucement, comme un fils le ferait à son père, même si ce dernier lui avait laissé, avant de quitter la vie matérielle, un bien lourd fardeau à porter; il prit ensuite ses gants argentés, qu'il enfila, et récupéra son casque avant de sortir d'un pas déterminé de la chambre du défunt.

Sa tante, qui attendait derrière la porte, sursauta lorsque la porte s'entrouvrit, puis fit une moue apeurée et démonstrative d'une grande culpabilité. Zanon ne lui adressa pas un regard, gardant son rythme de course jusqu'à l'extérieur de la demeure. Les passants virent alors l'affligeant spectacle d'une vieille femme en pleurs, courant derrière une jeune soldat visiblement indifférent à sa tourmente, essayant vainement de le retenir, en lui suppliant de la pardonner. Lorsqu'elle vit que toute peine était perdue, et le voyant s'éloigner, elle s'écroula en pleurs sur le sol, criant désespérément tout son amour pour celui qu'elle avait élevé comme son fils. Mais Zanon chevaucha puis partit au galop.

Il était trop concentré sur la torture qu'une phrase infligeait à son esprit pour se soucier de ce qu'il se passait autour de lui, aussi grave que ce soit. 'Tu es le fruit non-désiré d'une noble aquilonienne et d'un brigand némédien'. Il s'aperçut alors qu'il partageait les gênes d'un peuple qu'il avait tant combattu et haï. Il en portait les marques dans ses traits et sa blondeur. Il commençait alors, inconsciemment, à se haïr lui-même.
avatar
Zanon

Masculin Nombre de messages : 33
Age : 34
Date d'inscription : 05/09/2008

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum